Jour de théâtre



Il est 8h, je viens de déposer mes enfants au bus pour aller à l'école en cette dernière journée de la semaine.

Je rentre me faire un second café, sous le soleil de cette belle matinée qui commence .
Dans 12 heures, je serai sur scène, pour jouer une énième version des Boulingrins de Courteline.
C'est la générale, et nous nous produisons ce soir, devant 250 personnes, salle comble.

Les seuls sentiments qui m'envahissent à cette heure, sont l'enthousiasme, la joie, le plaisir de monter sur scène dans un véritable théâtre, salle Léonard de Vinci, Mandelieu-la-Napoule.




Voilà maintenant plusieurs mois que l'aventure a commencé.
Entre répétitions, mise en scène, imprévus, communications, prise de tête, fou rires, l'expérience suit son petit bonhomme de chemin.

Il est 13h, j'arrive au théâtre. Nous jouons dans 5 heures.
L'espace est beau, il sent bon l'esprit artistique.
Je profite pleinement de ce moment, pour me rendre compte que OUI, j'aime cet art, cette ambiance, cette atmosphère.

Les autres comédiens sont là, le décor se met en place petit à petit.


La régie règle les derniers ajustements.

Il est 16h30, nous montons sur scène dans une heure et demie.
Le trac n'est pas encore là, même si je commence à ne plus savoir quoi faire de mes dix doigts.

17h30 : Entrée des spectateurs
Ils papotent, téléphonent, toussent, rient. Ils ne sont pas encore dans l'esprit du théâtre.
Cela va venir ...

17h50 : Je rentre dans ma bulle de comédien : CONCENTRATION
17h58 : Je me métamorphose en M. Boulingrin : IMAGINATION
18h00 : C'est parti !!! le trac s'évanouit telle une bulle de savon éclatant en plein ciel ...
Je rentre sur scène avec fougue : INTERPRETATION

S'amuser, profiter, faire rire, surprendre ...
Vivre le moment présent

19h15 : Les lumières de la salle se rallument sous les applaudissements du public.

Je suis heureux, encore survolté, empreint à cette énergie transmise sur scène durant 1h15.

Seuls les souvenirs restent, et les félicitations des spectateurs nous ayant attendus à la sortie de la salle.






Je suis comme un poisson dans l'eau, sur scène. Je retrouve la même envie, la même énergie, que 25 ans auparavant, lorsqu'il fallait rentrer sur le terrain de basket pour affronter l'adversaire.

Ici le seul adversaire à affronter, c'est soi-même, pour enfin lâcher prise, se laisser aller et donner pleinement la mesure de son personnage. 

" Le théâtre, c'est du présent mis en bouteille " Georges Perros

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

C'est parce qu'ils ne savaient pas que cela était impossible, qu'ils l'ont fait ...

Lorsque Storytelling rime avec Théâtre

Une peur qui ne faut plus cultiver ...